Communiqué de presse du 21 octobre 2015

Publié le

La Gratuité a un coût !

En tant que Président de l’association « Cher Avenir » qui regroupe plus de 600 membres de différentes sensibilités, je tenais à m’exprimer sur ce sujet que nous avons eu l’occasion d’évoquer dans nos différentes réunions.

Le « tout gratuit » nous a amené dans notre pays non seulement à une perte de valeurs des services rendus et à une déresponsabilisation individuelle, mais également à une situation financière catastrophique que ce soit au niveau de l’Etat, mais également pour un certain nombre de départements dont les élus ont confondu démagogie et responsabilité, en faisant payer la note à l’ensemble des contribuables pour satisfaire quelques mesures électoralistes.

Sauf que cette mesure concernant le département du Cher a coûté près de 13M€ depuis 10 ans du fait de la non-récupération de la TVA sans compter le manque à gagner d’une petite participation familiale (environ 750 000€ par an) soit près de 20M€ au total.

Cette somme aurait pu être consacrée en investissement à l’amélioration de nos bâtiments d’écoles primaires et de collèges par exemple !...

Pour l’ancien vice-président des Transports Jean-Pierre Charles, c’est une belle pierre dans son jardin. Pour celui qui n’a cessé de radoter sur la situation financière de l’OPHLM depuis son arrivée, en expliquant qu’aujourd’hui ne pas récupérer 2 M€ par an pour le conseil départemental c’est une goutte d’eau ! Il nous laisse aujourd’hui une ardoise financière de 20 M€ pour l’instant !...

Dans l’attente de voir de plus près la situation qu’il a laissé à l’OPHLM (l’état des logements, le montant des impayés, le nombre de logements vacants,etc…)

L’association Cher Avenir soutient la décision du Président Michel Autissier et de sa majorité départementale. En effet la gratuité reste effective pour les élèves des écoles primaires, les élèves de SEGPA et les élèves handicapés. D’autre part un mécanisme d’aide sera mis en place pour les familles modestes. Tout cela atténue fortement le coût réel pour les familles.

Ainsi, pour un coût de 925€/an/élève, la gratuité sera de 94%.

Cela permettra de contribuer à redresser les finances du département mais également à éviter une nouvelle hausse d’impôts et pour le coup ce ne sera pas gratuit pour tout le monde.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article